Qu’appelons-nous un milieu hostile ? Un milieu de connaisseurs ou de professionnels : entendez par la 90% du temps une bourse aux vinyles ou convention du disque. Attention, nous n’avons rien contre les professionnels, bien au contraire, c’est juste que par définition, ils sont plus durs en affaire, et c’est bien normal, il ont, en tant qu’entrepreneurs, des charges à payer des frais de fonctionnement etc.

C’est pour ces raisons que bien souvent, les prix proposés par les professionnels sont plus élevés. Il arrive par ailleurs que les prix de leurs vinyles soit anormalement haut. Pourquoi ? Pour laisser une marge de négociation bien entendu !

Eh oui, lorsque l’on vend des produits de seconde main, on est fatalement exposé au marchandage des acheteurs, donc premier conseil : n’ayez pas peur/honte de marchander : En effet, les vendeurs sont habitués et s’ils étaient à votre place, ils en feraient tout autant. De plus, l’argument qui tue : vous n’avez rien à perdre !

1.Un peu de pudeur

Règle n°1 avant la négociation, ne jamais être enthousiaste : en effet, si vous manifestez votre joie parce que vous voyez dans un bac un disque que vous cherchez depuis longtemps, vous créez de facto un déséquilibre en vous mettant en situation de dépendance : le vendeur sait que vous voulez à tout prix ce disque, et ne baissera donc pas le prix de ce dernier.

Donc sur un stand, quelles que soient les circonstances ou les perles que vous découvrez, restez impassible émotionnellement.

2.Y’a pas le feu au lac

Quelqu’un qui parcourt les bacs en tremblant et en empêchant les autres personnes d’y accéder (si si ça existe), renverra l’image de quelqu’un cherchant à tout prix la bonne affaire. Ce comportement est souvent observé très tôt sur les vide grenier, où les professionnels courent de stand en stand à la recherche des bonnes affaires. Mettez-vous à la place du vendeur, cela vous donne-t-il envie de conclure une affaire avec une personne comme cela ? Moi non.

Prenez votre temps, discutez avec les autres personnes qui fouillent les bacs, soyez avenant et sympa. Cela vous permettra d’une part d’être bien vu par le vendeur et les acheteurs, et d’autre part, d’être plus zen pour la négociation à venir.

3.Hmm il est pas en super bon état…

Sans tomber dans l’excès, sachez qu’un disque n’est jamais en parfait état, sauf bien entendu pour la personne qui essaye de vous le vendre ! Et si vraiment il est en super état, il est temps de sortir votre mauvaise foi légendaire pour le trouver « poussiéreux », « corné », « rayé », « usé », « pas top » …Vous l’aurez compris, regarder longtemps, un disque, l’obeserver sous toutes ses coutures vous permettra de faire passer un message au vendeur, en gros : « ce disque m’interesse (puisque je l’inspecte sous toutes ces coutures), mais je le trouve trop cher par rapport à son état ». Vous arriverez pratiquement toujours à négocier un disque en invoquant son état, cependant, n’en abusez pas si le prix est déja bas, l’objectif n’est pas non plus de négocier pour négocier !

4. Combien pour tout ca ?

Acheter en lot vous permettra d’économiser, sans aucun doute. Si ce n’est pas le cas, le vendeur n’est vraiment pas conciliant, passez votre chemin. Deux solutions s’offrent à vous, vous pouvez proposer un prix au vendeur, auquel cas il faudra proposer un prix inférieur à ce que vous souhaitez réellement puisque le vendeur risque de couper la poire en deux, ou vous pouvez demander au vendeur quel prix il vous fait pour le lot, puis négocier ce prix par la suite. Les 2 technique ont leurs avantages et inconvénients, à vous de voir avec laquelle vous ête plus à l’aise.

Attention, si vous proposez un prix trop bas, le vendeur pourra s’énerver, en tout cas, c’est comme ca que je réagirais si j’étais vendeur, alors s’il vous plait, allez-y avec modération!

5. Combien pour les 2 ?

Une variante du « Combien pour tout ca ? » qui consiste à demander un prix pour un lot de 2 disques, puis d’en reposer un en prétextant que le prix ne vous convient pas.

Exemple
(Vous souhaitez acheter 2 disques qui coutent 12 euros chacun, soit 24 euros en tout):
-Combien pour les 2 svp ?
-22 euros
-Hmmm, je ne vais prendre que celui-ci …
-OK, 21 euros ?
-20 ?
-[…] Hmm allez va pour 20 !
-[Sourire et bonne humeur] Merci c’est sympa !

Ca marche 9 fois sur 10, et au final tout le monde y gagne, puisque vous venez de gagner 4 euros, ce qui au bas, représente un petit vinyle ou 2 bières fraiches !

Résumé

  1. Jamais trop d’enthousiasme : vous allez dépenser plein d’argent, vous êtes forcément blasé(e)
  2. Vous prenez votre temps car vous ne courrez pas les bonnes affaires, vous n’êtes pas brocanteur
  3. Vous trouvez évidemment que les disques ne sont pas en bon état, et ne vous faîtes pas prier pour le faire remarquer au vendeur
  4. Vous achetez par lots histoire de « débarrasser » le vendeur de disque qui l’encombrent (trop sympa !)

Et surout mes amis, n’oubliez d’être courtois, sympa, poli, on obtient beaucoup de choses grâce à la bonne humeur, et tout le monde y trouvera son compte, vous comme les vendeurs avec qui vous traîtez. L’objectif est de passer du bon temps, pas de se faire un ulcère.

Voila pour ces premières techniques de marchandage, nous reviendrons vous en proposer d’autres d’ici peu, mais vous avez déjà de quoi vous exercer avec la belle saison qui revient !

5 Commentaires

  1. Ces superbes techniques peuvent être appliquées pour n’importe quel marchandage d’objet!

    La 5 est une technique vicieuse mais qui marche superbement en braderie.

    Bel article.

  2. moi j’utilise beaucoup la technique de l’état
    mais parfois je repose effectivement un disque à cause de son état ah ah
    ça m’est arrivé récemment sur un byrds qui me manquait il avait une grosse rayure j’étais dégouté
    le prix était OK, j’aurais pu le négocier à un truc qui me convenait mais la rayure c’était pas possible, du coup comme un connard j’ai acheté une réédition « récente » (10 ans quand même) sur discogs, mais je l’ai payé moins chère!

    • Et le son alors de la réedition ?

      On m’a offert la dernière réedition de LA Woman sortie il y a peu sur Rhino, et j’ai été bluffé par la qualité de l’objet et du son

  3. Salut,

    très bon article.
    Il m’arrive de vendre des vinyles dans des braderies et j’approuve sur l’essentiel de ce qui est dit là. Principalement sur le fait qu’un sourire rend la transaction plus fluide.

    Par contre je ne partage pas complètement le point n°1 :
    pour moi un vendeur de vinyle est avant tout un passionné. On ne vend pas du vinyle comme on vendrait du bolino. On a un rapport affectif avec ses disques. Chaque exemplaire des bacs raconte une histoire, colle à un souvenir.
    Pour moi les meilleures transaction sont celles où un échange se passe avec l’acquéreur : anecdotes, échanges d’appréciations, etc…
    Et même pour une négociation, je suis franchement plus cool avec quelqu’un qui témoigne de l’enthousiasme en regardant les bacs.

    A bientôt j’espère, pour une âpre mais souriante négo 😉

    Waldorf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici