On en a parlé à maintes reprises, le jazz et le vinyle font clairement bon ménage. Et je reçois beaucoup de messages me demandant quels albums je recommanderais pour « se lancer », parce qu’effectivement, l’univers du jazz est vaste, et peut, en cas de mauvaise « rencontre », vous faire prendre vos jambes à votre cou ! Alors voici, les quelques albums que je recommande afin de vous lancer en toute confiance. J’opte volontairement pour une approche très Cool Jazz, qui reste selon moi le jazz le plus accessible pour débuter.

Miles Davis – Kind Of Blue

Vendu à plus de 4 millions d’exemplaires, il s’agit très probablement du disque de jazz le plus vendu. Et il est fort probable que vous ayez déjà vu cette pochette au détour d’un bac (chez le disquaire hein, pour trouver Kind Of Blue en broc faut se lever tôt quand même …). Cet album a été enregistré à New York en 1959 et a été reconnu au fil des années par la critique comme l’un des albums les plus influents de tous les temps. Les musiciens par ailleurs font tous partie des plus grands : même si vous n’y connaissez rien, je suis absolument certain que vous avez déjà entendu parler d’eux :

Trumpet – Miles Davis
Saxo alto – Julian Cannonball Adderley
Saxo tenor – John Coltrane
Bass – Paul Chambers
Drums – James Cobb
Piano – Bill Evans, Wyn Kelly

Voici le titre le plus connu qui ouvre l’album, So What, que vous avez également forcément entendu, à moins de vivre sur une autre planète.

Côté vinyle, le top du top est d’arriver à mettre la main sur un original mono de 1959, mais ça risque de vous coûter un peu d’argent (environ 200€ en bon état), sinon, vous pouvez vous rabattre sur la réedition de 1977 (environ 15€), ou vous pouvez l’acheter neuf (environ 20€).

Cannonball Adderley – Somethin’ Else

Second choix pour vous mettre le pied à l’étrier du Jazz, voici la première galette qui m’a donné envie d’en découvrir plus : Somethin’ Else par Cannonball Adderley (oui oui, celui-là même qui jouait du saxophone sur l’album mentionné ci-dessus). Enregistré en 1958 et paru sur le légendaire label Blue Note, cet album regroupe également quelques pointures :

Julian Cannonball Adderley – Saxophone alto
Miles Davis – Trompette
Hank Jones – Piano
Samuel Jones – Contrebasse
Art Blakey – Batterie

Nous sommes très clairement dans le même style que Kind of Blue (paru un an après en 1959) : un jazz joyeux et très reposant qui vous fera voyager dans les clubs enfumés de New York de la fin des années 50. Ce disque est vraiment à écouter d’urgence ! Je vous laisse jeter une oreille sur la ballade de l’album, Dancing in the Dark.

Côté vinyle, un original de 58 sera idéal mais compliqué à se procurer. En revanche, Blue Note a réedité cet album à de nombreuses reprises, il est donc disponible facilement en neuf, je vous laisse jeter un coup d’oeil sur la toile ou demander à votre disquaire.

Dave Brubeck – Time Out

Enfin, dernier choix, et pas des moindres, Dave Brubeck Quartet et son génialissime Time Out. Sorti en 1959 chez Columbia Records, l’album n’est pas très bien perçu lors de sa sortie. En effet, si l’ambiance globale de l’album reste accessible et dans la veine du cool Jazz de l’époque, Dave Brubeck expérimente beaucoup, notamment au niveau des signatures rythmiques. La mesure naturelle dans la musique moderne est la mesure à 4 temps, mais Brubeck s’affranchit complètement de ce postulat en s’essayant avec brio à diverses signatures rythmiques très particulières et pouvant déstabiliser à la première écoute (Blue Rondo à la Turk par exemple, que vous reconnaîtrez très certainement car elle a été utilisée dans plusieurs publicités).

Dave Brubeck — piano
Paul Desmond — saxophone alto
Eugene Wright — contrebasse
Joe Morello — batterie

Je vous laisse avec Take Five, un classique de cet album, j’ai choisi une version Live de 1964.


Aller plus loin

La Discothèque Idéale : 25 albums classiques pour découvrir le jazz. J’ai usé ces albums jusqu’au dernier !

Bon voilà pour mes disques de chevet en termes de Jazz, ceux qui ne me quittent jamais. Mais cet univers est très vaste (et pour ma part, je ne l’ai vraiment pas encore exploré suffisamment). Rappelez-vous juste que le jazz est une musique assez exigeante, qui vous demandera de la concentration et de la persévérance. Si au bout de quelques écoutes ça ne rentre pas, passez à autre chose. Il existe de nombreux bouquins sur la thématique, pour ma part, je m’étais procuré une copie de « Ascenseur pour le Jazz » de Julien Delli Flori. Je n’ai pas l’impression que ce livre soit actuellement disponible mais vous le trouverez certainement d’occasion. Enfin, il existe de très nombreuses compilations, et je vous autorise pour une fois à acheter quelques CDs, comme par exemple « J’aime pas le Jazz, mais ça j’aime bien » ou encore le très bon coffret « perfect jazz collection (voir ci-contre) qui vous permettra de découvrir plusieurs styles et plusieurs artiste au travers de 25 albums de légende.