Où acheter des disques vinyle d’occasion

Home / dossiers vinyle / Où acheter des disques vinyle d’occasion

Disquaires, brocantes, foires aux disques, où trouver des vinyles d’occasion

Pour plusieurs raisons, le disque vinyle se prête beaucoup au marché de l’occasion :

  • Tout d’abord, encore beaucoup d’albums n’ont pas été réedités et ne sont donc plus disponibles à la vente depuis de nombreuses années. Dans ces cas là, le seul moyen de se procurer le vinyle que l’on recherche est de le trouver sur le marché de l’occasion
  • Le vinyle, même s’il revient à la mode, n’est pas un objet des années 2000 mais bien des années 60 à 80, et il a perdu peut-être en practicité et en utilité vis à vis de nombreuses personnes, aussi, bonne nouvelles, il y a beaucoup de disques vinyle d’occasion, il suffit de savoir où les chercher

Les Brocantes et vides grenier

La méthode la plus simple pour trouver des disques vinyles d’occasion et de vous rendre sur des brocantes ou des vide-grenier. Vous trouverez sur Internet de nombreux sites vous donnant la liste des vide-grenier près de chez vous, j’utilise en général le site Vide Grenier.

Une fois que vous avez repéré le vide grenier sur lequel vous souhaitez vous rende, quelques précautions sont à prendre afin de ne pas rentrer les mains vides :

    • Mettez votre réveil (très) tôt : si vous souhaitez faire de bonnes affaires, il n’y a pas de soucis, il faut se lever aux aurores, premier arrivé premier servi !
    • Prévoyez de la monnaie : les vendeurs n’acceptent que très rarement les chèques, aussi pensez à avoir de la monnaie sur vous afin de payer cash les vinyles qui vous intéressent
    • Armez-vous de patience : et de bonne humeur ! En effet, en prenant les choses trop à coeur ou si vous recherchez des disques bien précis, il y a fort à parier que vous rentrerez déçu/les mains vides

Pour résumer, une brocante / vide grenier est un endroit parfait pour trouver de bons disques vinyle d’occasion, à condition d’accepter de se lever tôt, et parfois d’accepter des disques qui ne sont pas en superbe état. En effet, souvent ces disques traînent dans des caisses depuis fort longtemps et ont donc eu tout le temps de s’encrasser au fil des années. Pas de panique, il vous suffira de leur redonner une beauté grâce à notre tuto « comment nettoyer ses vinyles« .

Les convention de disques

…ou bourses aux disques ou encore foires aux disques, enfin, appelez-les comme vous voulez, en tout cas, il s’agit d’un salon consacré au disque vinyle : les vendeurs et les acheteurs s’y retrouvent, comme sur un vide-grenier, sauf que la plupart des vendeurs sont des professionnels, que les disques sont un peu plus chers, qu’on y trouve plus de disques, et surtout QUE des disques.

foire aux disques vinylVous l’aurez compris, le principal avantage de ces manifestations est qu’on a plus de chances d’y trouver les disques vinyles que l’on cherche précisément. Il sera également possible de discuter avec des vendeurs et des acheteurs passionnés, d’échanger ses coordonnées ou encore la liste des disques que l’on recherche.

Vous l’aurez également compris, le principal désavantage de ce type de conventions est que l’on paye les disques plus cher que sur un vide grenier, en tout cas dans la majeure partie des cas. Plusieurs raisons à cela, la première étant que les disques sont en majorité des disques plus recherchés, mais également souvent en meilleur état, et que les vendeurs sont des professionnels ayant des charges à payer, et donc une marge commerciale à assurer.
Donnez-vous un budget à ne pas dépasser et retirez cette somme avant de vous rendre à la convention, car vous ne pourrez payer qu’en liquide (certains vendeurs ont parfois une machine CB à disposition, mais mieux vaut ne pas compter la dessus!).

Pensez également à emporter un papier et un stylo afin de noter les différents emplacements de stands sur lequels vous avez repéré des disques. En effet, le meilleur conseil que je puisse donner sur une convention de ce type est de comparer les prix avant d’acheter ! Certains disques sont assez facilement trouvables et vous risquez de le trouver en 10 exemplaires sur le salon, autant prendre le moins cher non ? (à état équivalent). Votre papier vous servira également à échanger vos coordonnées avec de nombreux autres passionnés, parce que c’est aussi ça la passion du disque vinyle : la communication avec d’autres passionnés ! (d’où ce blog)

Vous trouverez toutes la dates des bourses aux disques sur différents sites, notamment cdandlp.

Les magasins spécialisés

C’est l’avantage du disque vinyle, il existe de nombreux magasins de vinyles qui proposent du neuf mais également de l’occasion. Nous vous parlons régulièrement de ces boutiques sur Vinyle Actu, et vous pouvez d’ailleurs y trouver une liste de magasins spécialisés dans le disque vinyle.

Le véritable avantage de votre disquaire au final, c’est que c’est une personne qui vous connait avec qui vous pouvez échanger, et qui saura vous mettre de côté certaines pièces que vous recherchez, aussi n’hésitez pas à lui laisser une liste des disques que vous recherchez. Par ailleurs, un disquaire est en général une personne ayant une culture musicale étendue, qui saura vous faire découvrir de nouveaux groupes correspondant à vos goûts, vous guider parmi les nouveautés etc.

Internet

Acheter des vinyles d'occasion sur Discogs
La place de marché Discogs

Comme dans beaucoup de secteurs, Internet est une mine d’or pour la vente et l’achat de disques vinyle, à condition de savoir où chercher. Il existe de nombreux sites pour acheter d’occasion sur le net, une section Webshop est en cours de création sur Vinyle Actu pour répertorier les boutiques de vente en ligne de disques vinyles d’occasion.

Par ailleurs, sachez qu’il existe différentes places de marché sur lesquelles vous trouverez sans doute votre bonheur :

  • Priceminister : un classique, le temps de l’occasion, le premier site marchand français. Au final, on y trouve de plus en plus de vinyles neufs que d’occasion.
  • Discogs : une place de marché internationale du vinyle et du CD. Vous pourrez rechercher un disque de manière poussée en flitrant en fonction du pressage souhaité ou encore de l’état.
  • cdandlp : identique à discogs, bien que l’organisation de la base de données soit un peu différente.

Si vous ne rechignez pas à payer des frais de port, ces sites vous permettront surement de trouver chaussure à votre pied, de dénicher le disque que vous cherchez depuis toujours. Notez que Priceminister dispose d’un fonction « marchandage » fort pratique 😀

Lors d’un achat sur Internet, prenez garde à l’état du disque et de la pochette, ainsi qu’à la manière dont le vendeur emballe ses colis. Pour cela, lisez bien les CGV du vendeur, et n’hésitez pas à lire les différents commentaires laissés par les internautes sur un vendeur.

Afin de bien vous rendre compte de l’état du vinyle sur la photo, voici une petite astuce à réaliser avec un logiciel type Photoshop ou The Gimp (ou aatre).

Notation de l’état d’un vinyle

Il est à noter que l’état d’un disque est un aspect très subjectif qui dépendra du bon vouloir de son propriétaire (dans notre cas, du vendeur). Alors que les états NM et F ne porte en général à aucun débat, les autres états, à savoir VG+, VG, VG- et G portent vraiment à débat et négociation dans certains cas. Les usages sont par ailleurs différents également en fonction des pays, certains pays étant culturellement plus durs que d’autres dans leurs notations, vous vous y ferez à l’usage. Lorsque vous en avez la possibilité, écoutez un disque avant de l’acheter, car parfois l’aspect du vinyle en lui même donnera une piste sur le confort d’écoute, mais seule une écoute pourra confirmer le bon état du disque. Pensez à écouter les 2 faces du disques :D. Enfin, et ce sera mon dernier conseil, portez une attention toute particulière à l’état d’un disque et de sa pochette lors d’un achat, car ce facteur est un bon argument de négociation, puisque la valeur d’un vinyle varie en fonction de son état.

    • Near Mint / NM : Le disque est neuf, encore emballé et en parfait état.
    • Very Good Plus (VG+) : Très légers défauts sur le disque et la pochette, comptez environ 50 à 60% de la cote.
    • Very Good (VG) : Etat dans l’ensemble inférieur à VG+. La lecture est très bonne et aucun défaut majeur n’est visible. 30 à 60% de la cote.
    • Very Good Minus (VG-) : Un peu moins bon que VG, les coins sont peut-être cornés et la tranche abîmée. L’écoute est bonne. 15 à 20% de la cote.
    • Good (G) : Le disque craque ou est sale et la pochette est usée, tâchée ou comporte le nom du propriétaire. Comptez 10% de la valeur.
    • Fair (F) ou Poor (P) : Le disque et la pochette sont en mauvais état. Sauf si vous ne pouvez pas vivre sans, n’achetez pas ce disque.

D'autres articles / tutos sur le disque vinyle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 commentaires

  1. gaussens evelyne

    Bonjour , j’ai beaucoup apprécié en vous lisant , votre ton et vos conseils , après il faut s’y mettre … vous ne parler pas de musique classique ! on me dit que ça ne se vend pas ! j’ai un certain nombre de 33T de musique classique que je ne pourrais pas garder faute de place , avez-vous un conseil à me donner ?
    Merci beaucoup !

  2. Sympa l’article !

    En tant que jeune collectionneur, principalement de musique électronique, je me permets quelques petits commentaires :

    – Le son est aussi grandement affecté par l’acoustique de la salle (agencement, matériaux des murs, résonance…)
    – Le vinyle est aussi un objet, quelque chose de palpable, dont on se rappellera toujours l’acquisition et l’histoire, c’est aussi ça son charme !
    – Certaines sorties se font sur vinyle uniquement, c’est aussi un des atouts de ce format. Tu m’diras y’en a c’est cassette, CD, ou digital uniquement, m’enfin !
    – Globalement, je pense que les vinyles prennent de la valeur dans le temps. C’est donc financièrement parlant un meilleur investissement qu’un banal MP3 ou un CD, ou même laisser son pécule sur son compte Epargne Jeunes à 1,7%.
    – En tant qu’adepte de mix sur vinyles, la créativité et la liberté qu’on a avec deux platines et un mixeur est juste hallucinante. C’est un vrai instrument de musique, avec des contrôles basiques (EQ, Faders, Pitch, Plateau) comparé à des set-ups plus sophistiquées (Controleur, Platines CD, Ordi…). C’est aussi un atout marketing selon moi de vendre le coté « J’suis DJ pur vinyle ! », c’est bien plus dur et ça démontre un goût prononcé pour la sélection musicale (bon pas tout le temps…)
    – Autres défauts : la place et le poids que cela prend en déplacements, et même chez soi, ce qui justifie la clé USB ou les CD’s parfois.

    Hugo

  3. Très chouette article! je me suis reconnu dans quasi tous les points! 🙂

    Actuellement, je trouve un peu navrant que les « éditions limitées » de certains labels n’en soit pas/plus vraiment… Nuclear Blast est un bon exemple (le dernier Carcass repressé encore et encore en 1.000 versions… ca devient un peu… ridicule… mais bon, ils sont la pour faire du chiffre hein.

    Pour ma part j’aime beaucoup Discogs. un bon endroit pour dégoter pas mal de raretés. (oui, c’est vrai parfois faut mettre le prix) Mais quand on aime on ne compte pas ! 😉

    Bonne continuation! Stay Vinyl !

    • Abigail59

      Salut Crazy, merci pour ton com’. Excellent ton site, et quelle collection ! On a vraiment les mêmes groupes favoris j’ai l’impression, et je suis mega jaloux de certaines de tes pièces (notamment ton Land of the Free).

      Plusieurs trucs me chagrinent et je pense en avoir fait un peu le tour dans cet article, mais pour reprendre ce que tu dis :
      – Sur les éditions limitées repressées 1000 fois c’est un classique, sans parler du Record Store Day où tu peux avoir le numéro 600 d’un LP limité à 500 ex …

      – Pour les 1000 couleurs de chaque LP, je pense que c’est à chacun de se discipliner, d’où mon article. Ca peut être tentant de tout collectionner et je connais des mecs qui le font genre qui ont acheté le dernier Carcass à justement 15 exemplaires. Je ne critique pas, c’est un truc de collectionneur, c’est un problème entre eux et eux, on a tous nos déviances :D. J’ai de la chance sur ce point, je ne supporte pas les LP couleur, du coup, ça reste noir pour moi, et c’est moi cher donc c’est pas plus mal.

      – La connerie de 180 grammes 4LP je sais pas quoi : ça pour moi, c’est de la pure tromperie : si tu presses une source pourrie sur un support excellent, ben t’auras quand même un son pourri : d’où l’allégorie du moteur de Fiat Panda dans une Porsche. Tant que les labels ne communiqueront pas sur les sources qu’ils utilisent ce sera la même chose, mais les gens ne s’en rendent pas compte. D’ailleurs, quand tu regardes la qualité des premiers pressages Back on Black ça fait vraiment flipper (et même certains plus récent d’ailleurs. J’ai un vieil Amon Amarth, honnêtement c’est inaudible, ça grésille tout le long)

      J’espère te revoir traîner par ici un des ces 4 !!
      A+