10 trucs à savoir avant de se lancer dans le vinyle

14
333

Se lancer dans le vinyle, les 10 commandements du débutant

Ceci est un court extrait de notre guide pour se lancer dans le vinyle, à lire de toute urgence si vous souhaitez commencer une collection de vinyles !

  1. Sois conscient que tu risques d’en prendre pour 10 ans, et certainement plus
  2. Avant d’acheter du matos, demande à ton papa, papi, tonton, ils en ont … promis
  3. Si quand tout est branché « ça ne marche pas », c’est que tu as besoin d’un préampli phono
  4. Ne crois pas qu’un vinyle « c’est pas cher » : neuf ou d’occase tu devras y mettre le prix
  5. Ne crois pas que tu auras un meilleur son grâce au vinyle, ce sera faux dans 90% des cas
  6. Si tu achètes une platine d’occasion, change la cellule
  7. N’achète pas de platine vintage tout en un : sous aucun prétexte !
  8. Trouve un copain / une copine qui se lance en-même temps que toi, tu galéreras deux fois moins, c’est mathématique
  9. Ne perds pas ton temps sur les brocantes, les professionnels se lèvent plus tôt que toi (EDIT : ça débat à ce sujet dans les commentaires, quel est votre avis, trouvez-vous encore des trucs chouettes en brocante ?)
  10. Partage cette page et ton expérience avec les débutants que tu croiseras, tu leur fera économiser du temps et de l’argent

 

14 Commentaires

  1. Pas du tout d’accord avec la 9.
    Les personnes qui se lèvent à 5h du matin pour aller en brocante ne sont en général pas des professionnels mais des passionnés.
    Chiner ça fait aussi parti du jeu. Quand tu trouves un bac à 1e / pièce avec du Pink Floyd dedans, ca fait ta journée 🙂

    Et les brocantes, c’est jamais de la perte de temps, même si tu trouves rien de ta liste de recherche, ca permet de découvrir des artistes oubliés à des prix dérisoires. Personnellement j’ai énormément d’excellentes surprises en tapant dans des bacs pas chère, en ne jugeant que à la pochette ou au nom du groupe 🙂

    • J’avoue que ce point est source de controverse, et en toute franchise, je suis d’accord avec le fait qu’il est possible de trouver des choses sympa en brocantes en fonction de ce que l’on cherche, et surtout ce que l’on ne cherche pas. Après, ça dépend, dans les grandes villes, je pense qu’il vaut mieux dormir :). Dans les petites villes, ca peut etre cool, en plus ça fait une belle balade et parfois on trouve des trucs.

  2. Aux 10 commandements faits aux débutants, j’en rajouterais un onzième : fais gaffe ça prend de la place !

    • exact . plus de 5000 disques j’arrive sur les rangements de cuisine a ma femme . il faut que je me débarrasse de cette collection ou c’est le divorce . en plus il faut penser au poids .lol

  3. et je ne suis pas d’accord, mais alors pas du tout, avec le commandement 5, sur du matériel décent, pas forcément du haut de gamme, le vinyle l’emporte 80% du temps.

    • Je ne suis pas de cet avis, mais c’est ce qui est beau dans la musique, chacun se fera sa propre expérience et se forgera son opinion

      • Il y a un énorme malentendu lorsque l’on parle d’écoute de musique. Généralement le hifiste, pas trop spécialisés, veut entendre de « bonnes » basses, de « doux » médiums et des aigus « qui filent ». Ce sont les critères généralement retenus par ceux qui ne sont ni musiciens, ni ingénieurs du son, ni particulièrement doués de l’oreille. Ce fut mon cas assez longtemps… Or, à ces critères, répond l’essentiel des matériels hifi actuels sur le marché. Et sur ces critères encore, jouer CD contre vinyls qui crachouillent n’a pas grand sens… Je suis d’accord sur le fait que lorsqu’on écoute hard rock, métal, voir pop et/ou actuelle chanson française à timbres et expressions souffreteuses, on peut rester au CD ou au MP3.
        En revanche, ce qui devrait (doit !) s’écouter dans la musique est « l’expressivité musicale » ; dit autrement : le jeu et le timbre des interprètes. Aussitôt on touche plutôt à la musique classique bien sûr. Car écouter « Les Années de Pèlerinage » par Görgy Cziffra ou par Lazar Berman (tous deux très bon interprètes de cet exemple) permet d’entendre des nuances bien particulières. Et là le vinyle (le matériau) est absolument différent – par son rendu – du CD sur-saturé ou, comme vous le dites, du vinyle simplement copié d’un CD actuel. J’ajoute que d’ailleurs tout joue dans une écoute : les câbles, le sens de branchement de ceux-ci, les supports, la phase secteur, la platine… et tout le matériel analogique et électronique approprié. Voilà sans doute pourquoi les amateurs de vinyls (les disques) sont souvent des amateurs de musique classique qui savent ce qu’ils découvriront sur une vieille cire entre 10 interprétations différentes d’une même composition et, là, les prolifiques Chopin et Liszt abondent dans les vinyl-thèques…
        Je ne veux ni donner de leçon, ni faire long, mais personnellement j’encourage ceux « qui se lancent » à chercher plutôt vers le classique – en particulier le piano – dans des versions anciennes qui – bien entretenues – s’écoutent dans un silence parfait, sans craquements ou distorsion. Il y a de très bon sites pour en trouver. Parallèlement, et avec les bons conseils, on a envie d’améliorer encore l’écoute par le choix de diverses cellules, et les plus forcenés (je le suis devenu) s’amusent aussi à modifier qui le bois d’un support qui le serrage des vis de la platine sur ce support… Découvrir Horowitz arpéger la fin d’un accord sur vinyle, que l’on entend absolument pas sur CD, est un plaisir musical immense. Mais, bon, je m’enthousiasme ! Pour finir, bravo pour votre blog que je viens de découvrir…

  4. On trouve des trucs géniales en brocantes 😮
    Il suffit de bien chercher 😉
    1€ = 2 vinyles des Rolling Stones et 1 de Earth Wind and Fire (le tout en 45 tour, sale mais non rayés donc un plaisir pour les oreilles ^^)

  5. Pour les brocantes, on ne gagne pas à chaque fois c’est vrai, mais lorsque l’on trouve quelque chose, en général on fait une bonne affaire. Je ne peux pas ajouter de photos, c’est dommage, vous seriez étonné !

    • Bonjour Jérémie, les raisons sont expliquées dans l’article, mais elles n’engagent que moi et découlent de ma propre expérience. Je pense que cela peut varier en fonction du style écouté, de la qualité des pressages que l’on possède, ainsi que du matériel que l’on utilise. Je reste convaincu que le CD est un support plus fidèle, et n’en démordrai pas. Par contre, l' »expérience » offerte par le vinyle n’a pas d’égal, encore une fois pour les raisons indiquées dans cet article (chasse à la rareté, rituel de l’écoute, échanges de points de vues et informations entre passionnés comme nous le faisons actuellement) : pour ces raisons, le vinyle à aujourd’hui ma préférence, mes j’ai du en accepter certains défauts. J’espère avoir répondu à tes question ! Quel est ton point de vue ? A bientôt

  6. Salut je viens de recevoir ma première platine et j’ai pas pris de la daube. C’est une Clearaudio ! Ensuite je suis passé dans un magasin de Vinyle et j’ai trouvé John Wesley Harding de Bob Dylan. C’est une copie francaise d’époque mais y’a pas de date. Le vendeur m’a dit qu’on voyait ça par rapport au pliage de la pochette… Est ce vrai ? Je n’y connais absolument pas moi je suis plus de la génération cd.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici