Non, je ne me suis pas levé du mauvais pied. Non je ne vais pas gueuler pour gueuler. Je pense ici défendre une vraie cause, parce que sincèrement, y’en a marre de se faire prendre pour des pigeons, et encore, je pense m’y connaître un minimum, mais à ceux d’entre vous qui sont nouveaux dans le milieu du vinyle, je leur dis attention !

Avant toute chose, on parle beaucoup de LP, alors si vous n’êtes pas à l’aise avec ce terme, jetez un oeil au lexique : qu’est-ce qu’un LP ?

Marre du 180 grammes !
Dans le fond, le 180 grammes c’est bien, ca veut dire que le vinyle est plus lours, donc que plus de matière est utilisée, donc que le son est meilleur…voici une réponse trouvée sur un forum :

The vinyl is thick enough that stresses from the grooves being imprinted on the other side of the disc will not « bleed » through to the opposite side. It’s also thick enough to be resistant to warping, but the real issue is the actual quality of the plastic used, and we can assume any 180g pressings are using virgin vinyl. Back in the « bad old days » some records were pressed with recycled vinyl made by grinding up unsold records, labels and all, and not surprisingly, little chunks of paper would sometimes end up in the groove walls. Not what you would call « hifi. » I remember when RCA tried issuing what they called « Dynaflex » records, much THINNER than usual records, claiming they wouldn’t warp because they were so flexible! They died a quick and painful death. But I’m sure they would have saved manufacturing and shipping costs if they had actually worked as they were intended! »

En gros, le vinyle est plus épais, tiens mieux les chocs, et la matière première utilisée est de meilleure qualité. Je n’ai pas de soucis avec ca.

Par contre, que l’on ne vienne pas me vendre du vinyle 180 grammes comme étant de meilleure qualité, si la source utilisée n’est pas la source analogique originale !!! En effet, certains labels ventent les mérites de leurs vinyles 180 grammes, mais pressent leur réedition à partir du CD, ce qui en soit, revient à vendre une Ferrari avec à l’intérieur, un moteur de Fiat Panda…tout ca sans vous prévenir bien sur !

Je me suis dit c’est simple, en contactant les labels on va avoir la liste précise des sources utilisées…tu parles !! Aucune réponse à l’horizon, donc comme d’habitude, on va devoir se débrouiller seuls, mais une réponse ne va pas tarder à être mise en place. A ce sujet, je vous propose de relire la réponse de Earache au sujet des réeditions de Morbid Angel, seul label se mouillant un peu.

Je passerais moins de temps sur les double LP et les vinyles de couleur, qui s’ils partent d’un bon sentiment, ne servent pas forcément l’écoute ! Un double LP est rarement justifié puisque sur du bon vinyle, la qualité maximum peut être atteinte avec 22 minutes par face. En gros, si votre album fait moins de 45 minutes et qu’il est sur 2 ou 3 vinyles, c’est inutile, mais ca fait vendre, et surtout ca fait vendre plus cher puisque dans la tête du consommateur, 2 c’est plus cher que 1 (rien d’anormal jusque la).

Pour le LP de couleur, ça peut partir d’un bon sentiment qui est de satisfaire le collectionneur en lui offrant un LP pressé à moins d’exemplaires. Par exemple, Back On Black propose en général un premier pressage en couleur, puis les pressages suivants sur support noir. Par contre, nous avons été nombreux à noter que le vinyle de couleur dégradait la qualité du son, au même titre que le picture disc...à méditer.

Et vous, vous en pensez quoi de tout ca ?

PS : le but n’est pas au final de critiquer ces supports, mais plus l’attitude de certains labels dans la manière de venrde ces derniers (qualité supérieure, manque d’information, etc)