Dans une interview accordée au site Internet Vultures, Neil Young a ouvertement critiqué le retour en force du disque vinyle, ou plutôt, pour être très clair, la manière dont se comportent les maisons de disques en ce qui concerne ce média. Décryptage

Pour être très clair, on vous en parle depuis longtemps chez Vinyle Actu : avancer que le vinyle a un meilleur son est une hérésie, cela dépend de ce qui est gravé dessus, ou plus clairement, du master qui a été utilisé. Je vous parle chinois ? Allez lire notre article à ce sujet : l’industrie du vinyle est-elle une vaste supercherie ?

Alors que Raconte Neil Young ? Et bien que lorsque vous achetrez un vinyle neuf, dans 99% des cas, vous avez une copie du CD puisque les maisons de disque se contentent de presser le contenu du CD sur vinyle : cela occulte tout l’interêt du support vinyle, si ce n’est l’aspect collection / objet.

Nous sommes dans une société de confort, et malheureusement le vinyle est un support exigeant. C’est un marché de niche et c’est super que les gens continuent d’écouter des vinyles et que cela continue de grandir parce que le vinyle c’est cool. Par contre, la majorité des gens qui achètent des vinyles [neufs] aujourd’hui ne se rendent pas compte qu’en fait elles ne font qu’écouter le son du CD sur un autre support, et ça, c’est la faute des maisons de disque qui ont compris que les gens veulent acheter des vinyles. Ils se contentent de presser le son du CD sur vinyle, ce qui en gros, n’a aucun sens, mais relève plutôt d’un effet de mode.

Il y voit clair le Neil ! Pour être totalement transparent, sachez que certains artistes comme Jack White ou encore les Samshing Pumpkins proposent lors de chaque sortie un mastering spécifique pour le vinyle, ce qui redonne tout son intérêt au support.

Par ailleurs, Neil Young vient de sortir son dernier album, the Monsanto Years, qui n’est pour le moment pas disponible en vinyle. CQFD ?