J’ai testé le nettoyage de vinyle à l’ultrason

0
1709

Si vous lisez ce blog depuis un moment, vous savez que le nettoyage de vinyles est un sujet que je traite assez régulièrement. J’ai testé pas mal de techniques ou de machines, comme la Knosti, que j’utilise avec un liquide de nettoyage maison. Depuis quelques temps, on voit fleurir sur la toile de nombreux témoignages d’amateurs de vinyle nettoyant leurs disques avec une machine à ultrasons. Vous me connaissez, j’ai voulu essayé, et je me suis lancé : voici les résultats.

SOMMAIRE
Qu’est-ce que le nettoyage à l’ultrason ?
S’équiper pour nettoyer ses vinyles à l’ultrason
La machine en action !
Les résultats
Conclusions

Qu’est-ce que le nettoyage à l’ultrason ?

La technique du nettoyage à l’ultrason est utilisée dans de nombreux secteurs : la médecine pour nettoyer les instruments médicaux, la bijouterie pour décrasser les vieux bijoux ou encore la mécanique, pour nettoyer et dégraisser les vielles pièces moto.

Fonctionnement du nettoyage à l’ultrason (source)

La pièce à nettoyer est immergée dans un bac rempli d’eau, dans lequel sont envoyés des ultrasons par le bas. Ces derniers vont produire et propulser des bulles d’air, qui vont venir « heurter » l’objet immergé, ayant pour effet mécanique de décoller ce qui se trouve à la surface de ce dernier, à savoir de la crasse ou de la poussière en général.

C’est particulièrement intéressant dans le cas du vinyle, car cela permet sur le papier de décrasser les sillons en profondeur, là où les brosses d’une Knosti ne vont pas forcément.

S’équiper pour nettoyer ses vinyles à l’ultrason

Il existe des machines à ultrason spécialisées pour nettoyer les vinyles comme par exemple la Degritter ou la Klaudio, mais leur prix est vraiment prohibitif (respectivement 2500€ et 4000€), il me fallait donc une autre solution.

En me baladant sur les forums spécialisés, j’ai fini par retenir la solution suivante : acheter un bac à ultrason de 6L sur Amazon, suffisamment large pour permettre d’y immerger à moitié un vinyle, et trouver un système de fixation / rotation du vinyle sur le bac.

Voici la solution retenue : un bac à ultrasons de 6L commandé sur Amazon, et un système de fixation / rotation, qui permettra de faire tourner le disque dans le bac à ultrason lors du lavage.

Le bac à ultrasons

Il en existe différents types et à différents prix, mais le modèle le plus courant pour les gens qui se lancent dans l’ultrason est celui ci-dessous :

Bac à ultrasons acheté sur Amazon pour environ 100€ (version 6L)

Sa contenance de 6L et ses dimensions permettent d’immerger deux vinyles en même temps sans problème. De plus, ce modèle propose un timer et surtout, un réglage de la température de l’eau, ce qui est primordial puisque, comme dans le cas d’une lave-vaisselle par exemple, la crasse se décollera mieux avec de l’eau chaude qu’avec de l’eau froide. Ce modèle vous permet donc de définir la température à atteindre par l’eau lors de nettoyage.

Le système de rotation EasyOne de CleanerVinyl

Bon alors pour le système de rotation ça a été plus compliqué. En effet il existe de nombreux modèles, et même la possibilité si vous avez du temps et que vous êtes un peu bricoleur, de fabriquer vous-même ce système. En gros, nous avons besoin ici d’un pièce qui permette de maintenir les disques en semi-immersion dans le bac à ultrasons, tout en faisant tourner les vinyles lentement afin que l’intégralité du sillon soit nettoyé.

Après de nombreuses recherches, j’ai fini par jeter mon dévolu sur le modèle EasyOne, fabriqué par CLEANERVINYL, voici comment se compose le produit :

  • Un système de fixation / rotation
    Ce bloc se pose sur le côté du bac à ultrasons (il s’adapte à priori à la majorité des bacs du marché), et est réglable grâce à un petit tournevis torx (fourni). Ce système de fixation est muni d’un moteur intégré, tournant à 3 tours par minute (3RPM), et alimenté en USB ou secteur.
  • Un système de maintien des vinyles
    Le système de fixation des vinyles sur l’axe de rotation est très ingénieux car il est fabriqué avec un système d’aimants : vous posez le vinyle sur l’axe puis le sécurisez grâce à une pièce aimantée. Une fois en place, je vous garantis que ça ne bouge plus, c’est très solide !

J’ai commandé en plus une extension du système de maintien de vinyles, me permettant de fixer non pas un mais deux vinyles afin de nettoyer deux vinyles lors de chaque session. Le fabriquant propose même un système permettant de nettoyer jusque 7 vinyles à la fois, mais il faudra un bac plus imposant !

Voici le système que j’ai fini par acheter aux Etats-Unis afin de fixer les disques au bac à Ultrasons. Attention, la vidéo présente un modèle avec plus d’options que celui que j’ai acheté

Le système de fixation m’a coûté environ 200€ port compris, expédié depuis les Etats-Unis. Reçu dans un colis ultra protégé 4 jours après la commande. Le produit ne provenant pas d’Europe, il est possible que vous deviez régler des droits de douanes suppélementaires.

J’ai donc un système complet pour environ 300€, ce qui peut paraître cher, mais les premières machines équipées démarrent à plus de 500€ environ, on est donc pas mal, si celà fonctionne ça peut être un bon investissement !

La machine en action !

En ce qui concerne la fixation, elle est hyper simple grâce au système Easy One présenté ci-dessus. J’ai longuement hésité à investir en me disant que j’allais fabriquer un système moi-même, mais je ne regrette pas du tout ! La qualité des pièces est vraiment au rendez-vous, et je pense que la boîte qui fabrique ça a dû en passer par pas mal de prototypes différents parce que c’est vraiment bien pensé.

On peut remplir le bac à ultrasons avec le liquide de nettoyage, composé comme suit pour un bac de 6L :

Vous retrouverez plus d’informations sur ces différents ingrédients dans mon article sur la fabrication du liquide Knosti. Attention, les proportions sont différentes.

Une fois le liquide prêt, il faut régler la température (35° max) puis lancer la machine 5mn afin que les ingrédients se mélangent et que la température de l’eau monte. Attention à ce que la température ne dépasse pas les 40°, veuillez vous en réferrer à la notice du CleanerVinyl.

Une fois le temps écoulé, on peut passer au lavage :

  • Fixer le support avec les deux vinyles sur le côté du bac afin de les immerger à moitié
  • Régler le temps sur 25 à 30mn
  • Appuyer sur start
  • Brancher l’alimentation du moteur faisant tourner les disques

Le bruit est horrible, une sorte de bourdonnement vraiment désagréable, mais qui s’atténue assez rapidement. Ce bruit est tout à fait normal, pas de panique.

Au bout de 30mn, c’est prêt, il suffit d’éteindre le bac, de débrancher l’alimentation du moteur, et de laisser sécher les vinyles sur un bac à vaisselle ou sur un présentoir Knosti. Le temps de séchage est d’environ 30mn, et aucun rinçage n’est nécessaire, bien que comme pour la Knosti, certains passionnés semblent nettoyer les disques à l’eau distillée.

Les résultats

Afin de tester l’efficacité du nettoyage aux ultrasons, j’ai testé 3 vinyles en effectuant un enregistrement avant et après lavage. J’ai placé un micro en face d’une des 2 enceintes ce qui explique que vous n’ayez pas forcément toute la stéréo. Je note une différence dans les timbres, je n’ai certainement pas placé le micro strictement au même endroit ce qui peut expliquer certaines différences. Mais le principal est de pouvoir entendre la différence en ce qui concerne les bruits de surface et autres craquements. Autre point important, s’agissant de ma première utilisation de la machine, j’ai pris le parti de ne pas monter la température au-dessus de 25°, là où en général, il est recommandé de travailler à 35 ou 40°, j’aurais donc peut-être pu avoir des résultats encore meilleurs, mais on est jamais trop prudent !


Time Out de Dave Brubeck :

J’ai trouvé ce disque en brocante et ne l’ai jamais lavé (pas encore eu le temps).

Il est très sale et très bruyant.

AVANT
APRES

Le résultat est très impressionnant, même si nous partons d’un disque très sale : les craquements ne sont presque plus audibles et l’écoute est à présent possible et agréable. Un second lavage pourrait peut-être améliorer encore ce résultat, déjà vraiment impressionnant, pour un disque ayant près de 60 ans.


Bridge over Trouble Water de Simon and Garfunkel : j’ai acheté ce disque en brocante il y a longtemps, nettoyé à la Knosti et écouté à plusieurs reprises. Le sample « avant » que vous entendez est donc la version après nettoyage à la Knosti, l’objectif étant de voir si le nettoyage à l’ultrason pouvait permettre de nettoyer encore plus

AVANT
APRES

Le résultat n’est pas impressionnant comme ci-dessus, mais nous partons d’un vinyle qui a déjà été nettoyé à la Knosti et joué à plusieurs reprises (ce qui peut décoller également la poussière se trouvant au fond du sillon) : le résultat est tout de même au rendez-vous, les craquements sont bien plus discrets et plus épars.


Ce Lp de Joan Baez a été acheté dans un lot il y a un an environ, et comme j’avais déjà la plupart des morceaux sur d’autres compiles, je l’ai stocké dans un coin sans le nettoyer.

AVANT
APRES

Il reste des grésillements, mais le gain en termes d’écoute est vraiment important. Il est probable qu’un second nettoyage soit nécessaire afin de décrasser encore ce LP, ou un passage en Knosti pour parachever le travail, mais je reste satisfait de ce résultat sur un LP aussi vieux et en si mauvais état.

Conclusions

Je souhaitais tester le nettoyage à l’ultrasons depuis un moment par moi-même, et j’avoue que mes tests m’ont clairement convaincu.

Certes le cycle de lavage est plus long, et la logistique est un peu plus lourde qu’avec un lavage à la Knosti, mais les résultats sont meilleurs selon moi. Le résultat obtenu sur le Dave Brubeck aurait nécessité deux ou trois passages à la Knosti minimum, et encore. Sur le Simon and Garfunkel, on entend clairement que la machine à ultrasons va plus loin que la Knosti, en supprimant des bruits de surface que la Knosti n’avait pas réussi à enlever.

En revanche, le lavage à l’ultrasons ne fera pas de miracles sur les sillons abimés : j’ai également testé un Led Zeppelin qui n’est malheureusement pas ressorti moins bruyant, mais je n’avais pas vraiment d’espoir, je suis convaincu que le sillon a été abimé par de nombreuses lectures sur de petits pickups à l’époque. J’ai d’autres disques sur lesquels j’ai eu également des résultats satisfaisants, mais je ne pouvais pas tout uploader et tout enregistrer.

Pour conclure, je dirais que l’expérience est très concluante en ce qui me concerne, et que je vais donc poursuivre l’aventure de l’ultrason afin de nettoyer tous mes nouveaux achats !! Je pense que le meilleur moyen d’utilisation de cette machine reste de la combiner avec une petite Knosti, dans un cycle Knosti > Ultrason > Knosti.

Si vous avez déjà essayé ce type de machine, n’hésitez pas à publier votre avis dans les commentaires.

Je vous remets les liens vers les produits si celà vous intéresse :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici