Un passionné de vinyle vous le dira sous aucun doute, « le son n’a pas son pareil, t’entends pas les craquements, le grain, la dynamique ? Plus jamais je ne reviendrai au cd ! » et il aura sans doute plaisir à vous le rabacher sans cesse (et ça on le fait tous, quite à agacer notre entourage à tel point qu’ils évincent poliement le débat) et à grand renfort d’arguments de plus ou moins bonne foi. Sans faire de généralité, la majorité des vieux pressages étaient des pressages vinyle de qualité, quel que soit le style de musique, bien que les audiophiles vous diront tous que le jazz et le classique sont les deux styles les plus appropriés au support vinyle. Cependant, les fans de rock ne sont pas en au vu des nombreux mastering ayant été violentés lors du passage au cd, bien que certains albums remasterisés valent vraiment leur pesant de cacahuettes sur support CD.

Si j’évoque le sujet, c’est que j’ai été passablement déçu par quelques pressages acquis récemment, émanant pourtant de groupes de metal portant une attention toute particulière au son proposé sur leurs albums. Je me suis donc demandé s’il s’agissait de mauvais pressages vinyle ou s’il s’agissait d’une question de mastering tout simplement différent entre la version vinyle et la version CD, tant les dynamiques et le volume entre la vesrion LP et la vesrion CD étaient différents.

Différence de mastering entre le vinyle et le CD ?
Il semble difficile voire impossible de savoir si le mastering des deux versions est différent ou non, même en regardant les fréquences et en analysant les pics, et encore moins à l’oreille car vous aurez en plus certaines déformations dues aux sources que vous utilisez pour lire votre musique. Si vous vous sentez à l’aise avec la langue de Shakespeare, je vous conseille cet article intéressant sur les différences existant entre le mastering vinyle et le mastering CD. Sachez que certain albums sont connus pour avoir un mastering différent, comme par exemple Tres Hombres de ZZ Top ou encore le tres bon Icky Thump des White Stripes, tous deux masterisés par Steve Hoffman, mega superstar du (re)mastering et connu par les audiophiles à cheveux long pour ses remaster de Ride the Lightning et Master of Puppets en 99 sur Gold CD.

Différence de volume ?
Le plus souvent, la première différence qui saute aux yeux est une différence au niveau du volume, une des deux sources étant plus forte que l’autre. Parfois le vinyle, parfois le cd. J’ai eu la cas tres récemment avec le pressage vinyle de Elysium, le dernier album des finlandais Stratovarius. Le son est bon, à la hauteur de ce que propose de groupe depuis quelques années, et l’album se révèle tres organique, tres naturel, contrairement à de nombreuses productions metal récentes, la mode actuelle privilégiant le trigger et une tres forte compression, surtout au niveau de la batterie. J’ai pu tester la vesrion CD d’Elysium sur ma modeste platine Harman Kardon (bas de gamme je précise), et j’ai été bluffé par la puissance du son en comparaison à la version vinyle. Cependant, en montant le son lors de l’écoute vinyle, l’expérience d’écoute s’avère quasiment identique, hormis peut-être plus de patate dans les graves pour la version CD. La version vinyle elle, met en avant des sonorités plus naturelles. Pour information, il s’agit d’un clear vinyl sorti chez Ear Music en 2011.

Angra Aqua color LP vinylSon vraiment moins bon ?
Je n’ai (heureusement) pas encore beaucoup d’exmples sous la main, mais il arrive parfois que le son du vinyle soit vraiment de moindre qualité par rapport au pressage CD du même album. Ce sera le cas la plupart du temps, pour des vinyles de couleur ou des picture disc. Les maisons de disque ont toujours eu tendance à proposer ces objets collector sur lesquels les fans de vinyle se jettent à corps perdu dés leur sortie, étant donné que leur tirage est limité. Pour être tout à fait franc, ma plus grande déception concerne le pressage de Aqua, le dernier album d’Angra, dont le son est vraiment « abimé » sur la version vinyle en comparaison à la version CD. A force d’écoute, je ressens également cela sur le pressage de Final Frontier, le dernier album d’Iron Maiden, préssé en double vinyle picture disc, sur lequel le son grésille parfois, ce qui n’est pas le cas sur la version CD.

Dans l’absolu, j’aurais tendance donc à ne pas recommander les versions collector type pressage de couleur ou picture disc, car le son peut s’en retrouver déterioré. Encore une fois, il s’agit seulement de mon point de vue, émanent des constatations que j’ai pu faire sur certains pressages. N’hésitez pas à partager votre expérience avec les lecteurs de Vinyle Actu en nous faisant part des pressages qui vous ont surpris ou déçu !

11 Commentaires

  1. Je suis assez d’accord avec l’article, les picture disc ont un son de moins bonne qualité que sur cd par contre pour les vinyls de couleur cela peut varié selon les artistes (j’ai également le double vinyls orange d’Angra et le son est vraiment décevant).

    Je dirai si on veut un vinyl pour la collection mieux vaut prendre en picture disc ou vinyl de couleur et si on veut pour le son il est préférable de prendre en version noir normal.

  2. C’est exactement le souci, on a tous envie d’acheter la version d’écoute ainsi que la version collector 🙂

    Goliath tu as du acheter le dernier Amon Amarth non ? Ca donne quoi au niveau du son?

  3. Bonjour et félicitations pour votre blog.
    J’y suis arrivé en googlant des informations sur les picture discs car je me suis récemment procuré le premier de ma collection de vinyls et je dois dire que j’en suis fort déçu.
    C’est le double live Flight 666 d’ Iron Maiden et son son est tellement mauvais que j’ai d’ abord cru que la coupable en était ma platine, dont j’ ai rapidement changé la cellule (de toute façon il était temps de le faire) sans résultat.
    J’ en suis alors venu à me demander si les picture discs étaient vraiment faits pour être écoutés et je conclus à la lecture de votre bel article qu’a priori non.
    Je réserverais donc la prochaine fois mon argent de poche pour des pressages plus intéressants musicalement et laisseraient les belles images aux fans inconditionnels.

  4. Tous mes pictures Vinyl présentent un souffle marqué très désagréable à écouter, surtout sur les passages calmes.
    Par contre, je n’ai pas de soucis avec les vinyles de couleurs

    • C est une vérité confirmée, moi même également sur mes Picture disc je n en rachèterais pas malheureusement….Je trouvais vraiment ca class…

  5. J’ai un commentaire qui parlait de Surtr’s rising d’amon amarth. Je rebondit donc dessus en disant qu’on a aussi de bien belle surprise comme ce petite groupe de doom métal Surtr que j’ai découvert au Hellfest. C’est épique et sombre et leur label / disquaire a sorti un joli vinyle bleu transparent. Je crois qu’il y a du son sur http://altsphere.com la boutique du label

  6. Salut,

    L’argument ‘vinyle noir’ ou ‘vinyle coloré’ pour justifier une différence de qualité de son ne tient pas la route car le vinyle noir est également coloré… mais en noir. Il faut savoir qu’à la base le pvc utilisé pour la fabrication des disques est incolore et ce qui est amusant c’est qu’on doit utiliser beaucoup plus de colorant pour les éditions noires. Cette couleur est privilégiée car on repère plus facilement les différentes plages du disque.

    Encore bravo pour ce site très intéressant que je viens de découvrir.

    • Merci Chris, oui effectivement, cet article date un peu : après quelques années, je ne constate pas de perte sur les disques de couleur, ou en tout cas je n’attribue pas la qualité inférieure à la couleur du disque mais plus aux sources utilisées par exemple. C’est certainement le cas pour l’exemple d’Angra donné dans l’article. Par ailleurs, je pense que la perte est avérée sur les picture disc. Cdlt,

  7. Je confirme!!! les Picture disc sont attrayants c est vrai et j ai moi même craqué pour ceux la, et j ai des pressages en couleur également…Je suis bien déçu du son et de la qualité de ces enregistrements ….c est que du beau, mais le son en prend vraiment un coup! Une bonne réédition en vinyle noire n a rien a voir ou la qualité je dis bien généralement est au rendez vous…Maintenant je le sais…

  8. […] On en a parlé à de nombreuses reprises, le vinyle et le metal ne font pas toujours bon ménage. De plus la Loudness War des années 90 / 2000 a plutôt tendance à ratatiner la qualité des enregistrements en compressant les pistes afin d’en augmenter le volume. En conséquence, les productions sont de moins en moins dynamiques, alors autant vous dire que le Death Metal ne fait pas exception, loin de là. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici