Fixer le prix d’un vinyle sans se tromper

Vous avez grandi dans les années 60 ou 70 ? Vous avez hérité d’un parent ou récemment aidé un copain à vider son grenier et récupéré des caisses d’objets divers ? Vous venez de racheter une maison dont le grenier n’a pas entièrement été vidé ? Voici quelques-uns des cas les plus fréquents de : « J’ai récupéré ces vieux disques, j’en fais quoi ?? »

Pas de panique, nous allons vous aider à fraire le tri dans votre collection de disques / fardeau / trouvaille, en vous aiguillant afin que vous réussissiez la vente de vos disques vinyles.

  1. Qui achète encore des disques vinyles
  2. Fixer un prix de vente
  3. Mettre ses disques en vente

 

Si vous êtes dans les département de l’AIN, du RHONE ou en NORD ISERE et que vous avez des disques à vendre, je pourrais bien être intéressé, lisez cette page (elle s’ouvrira dans un nouvel onglet)

Qui achète encore des disques vinyles ?

Rassurez-vous, plein de monde !! : du passionné au jeune amateur de musique, du collectionneur au nostalgique, vous trouverez dans de nombreux cas quelqu’un pour vous racheter vos disques, mais seulement à 2 conditions :

  1. Que le prix soit en accord avec l’objet
  2. Que vous vous addressiez aux bonnes personnes = que vous vendiez au bon endroit

En effet, trop de gens, du fait du retour du vinyle, pensent qu’ils détiennent un trésor parce qu’ils viennent de retrouver leur collection de disques de Jean Jacques Goldman au fond du grenier, mais ca ne fonctionne pas vraiment comme cela … comme nous allons le voir, la valeur d’un disque dépend de plusieurs critères, et ce serait une erreur d’essayer de vendre ces disques à prix fort.

Fixer le prix de vente d’un disque vinyle

Il est toujours délicat de fixer un prix de vente, surtout lorsque l’on pense détenir un objet qui vaut cher, on a toujours peur de se faire « arnaquer » en vendant l’objet pas assez cher, et du coup, on en vient souvent à surestimer la valeur de l’objet. Ou au contraire, on a peur parfois de fixer un prix trop élevé pour peur de paraître ridicule / paingre face à l’acheteur, et du coup, on propose à l’acheteur de fixer le prix, ce qui peut avoir des conséquences néfastes en fonction de la personne que l’on a en face de nous (brocanteur, revendeur, collectionneur fauché, diplômé du Cours Florent …).

Bref, fixer le prix d’un disque ca ne s’improvise pas, alors suivez le guide, ou rendez-vous dans notre section cote des vinyles.

De quoi dépend le prix d’un disque vinyle

La rareté d’un disque est une condition nécessaire mais pas suffisante pour fixer un prix élevé. En effet, le prix d’un disque dépend non seulement de sa rareté mais également de son état.
Mon disque est-il rare ?
hehe et bien voilà une question à laquelle il est bien difficile de répondre sans faire de recherches poussées. Et tout d’abord, je pense qu’il faut distinguer 2 cas :

    1. Mon disque est très ancien, il s’agit d’un premier pressage, il y a des chances que le disque, à défaut d’être rare, soit recherché, car globalement, les premiers pressages sont toujours très recherchés par les audiophiles, les collectionneurs etc. Donc un disque ancien peut, même s’il a été tiré à plusieurs milliers d’exemplaires, être recherché.
      Blonde on Blonde - 1966 - Original

      Blonde on Blonde – 1966 – Original US

      Ex:
      Bob Dylan – Blonde on Blonde
      2xLP mono
      Année : 1966
      Ref : Colombia C2L 41
      Pays de pressage : USPour ceux qui ne connaîtraient pas cet album, Blonde on Blonde est un des albums les plus connus de Bob Dylan. Cette version mono est la version originale, à savoir la première version pressée, dans le pays d’origine, les Etats-Unis.

      Qui dit artiste connu, dit objet original recherché, globalement ça fonctionne : les originaux sont toujours recherchés par les collectionneurs, les nostalgiques, ou même les maniaques du son qui retrouvent dans ces pressages le son originel de l’artiste / du disque.

    2. Mon disque a été tiré à très peu d’exemplaires, et intéresse les gens, alors même s’il est très récent, il peut être très cher. Ceci est la source de nombreux cas de spéculation que nous avons déja évoqués à de nombreuses reprises sur Vinyle Actu. Par exemple, le dernier cas en date, est celui du maxi de Mylène Farmer, sorti à l’occasion du Record Store Day 2013, à 900 exemplaires, ce qui n’était vraiment pas suffisant.Ce tirage très limité gonfle artificiellement la valeur du disque, car de nombreuses personnes vont le rechercher par la suite, et comme nous l’évoquions l’année passée, le marché du vinyle est lui aussi régi par la loi de l’offre et de la demande : lorsque la demande est supérieure à l’offre, les prix augmentent 😀

Attention, cependant, car plusieurs cas peuvent entraîner un tirage limité :

    • Tout d’abord, le tirage peut être une édition limitée à proprement parlé, à savoir que l’artiste ou le label met en vente un objet légèrement différent de l’original, en en limitant la quantité afin de donner un côté « collection » à l’objet. En ce moment, le cas le plus classique consiste, dans le cadre d’une sortie d’album, à presser les 100, 200 ou 500 premiers exemplaires dans une couleur spécifique et limitée, comme on le voit sur l’image ci-dessous pour l’album du groupe anglais Carcass, Symphonies of Sickness :
      Carcass Symphonies of Sickness 200 exemplaires vinyle vert

      Carcass Symphonies of Sickness 200 exemplaires vinyle vert

      En général, ces version sont plébiscitées par les fans de l’artiste/du groupe, et sont bien souvent déja épuisées après quelques jours de pré-commande. Parfois, les fans achètent même les 3, 4 ou 5 couleurs différentes pour avoir la collection complète.

    • Mais le tirage peut également être « limité » au sens premier du terme, à savoir que le vinyle a été pressé à très peu d’exemplaires. C’est le cas soit pour les groupes peu connus qui sortent leur premier album par exemple et dont la maison de disque souhaite limiter les coûts en ne pressant que peu d’exemplaires en vinyle.De même, au cœur des années 90, avec le déclin du disque vinyle, les éditions vinyle étaient très peu plébiscitées et ainsi, certains albums sortis dans ces années là sont devenus de véritables trésors de guerre, dont je vous propose deux exemples ci-dessous :
      Counting Crows vinyl

      August and Everything after, un vinyle qui vaut son pesant de cachuettes

      Mellon Collie and the Inifinite Sadness

      Mellon Collie and the Inifinite Sadness

      Ces albums se négocient à des prix plutôt conséquents, plusieurs centaines d’euro parfois pour le Smashing Pumpkins, et parfois 100 euro pour le Counting Crows. Mais ces exemples sont plutôt rares, et globalement il y a très peu de chances que vous ayez récupéré « par hasard » ce type d’objet, car seuls les amateurs éclairés achetaient ces objets à l’époque. Voici quelques noms de groupes pour qui les premiers pressages peuvent valoir pas mal d’écus :

      Smashing Pumpkins, Counting Crows, Oasis, Nirvana, Green Day, The Offspring, Blur, Placebo etc …

Voici d’autres éléments qui peuvent faire que votre disque est rare :

  • Il s’agit d’un pressage exotique : si votre disque a été fabriqué au Venezuela, au Congo ou en Corée, il y a des chances qu’il cote bien plus que son homologue Européen. Au top de ce classement, nous retrouvons bien souvent les qualitatifs pressages japonnais, assortis de leur OBI, le bandeau qui entoure la pochette du vinyle, comme le montre la photo de ce Sin After Sin de Judas Priest, pressage japonnais.

    Judas Priest Sin fter Sin pressage Japonnais avec OBI

    Judas Priest Sin fter Sin pressage Japonnais avec OBI

  • Il s’agit d’un exemplaire promo : les copies promo étaient envoyées à la presse ou aux discothèques et radios à des fins promotionnelles. Ces produits, interdits à la vente sont donc plutôt rares car pressés à très peu d’exemplaires en comparaison du pressage officiel. Ces pressages se reconnaissent de diverses manières, soit par la présence d’un autocollant sur le pochette, soit par une mention sur le disque, ou encore parfois, par une mention incrustée physiquement à la pochette du disque.
  • Il s’agit d’un test pressing : un test pressing est utilisé pour vérifier la bonne gravure du vinyle, le son etc. Les test pressing n’existent qu’à quelques exemplaires pour chaque pressage d’album et sont donc très rares et très recherchés. Ils portent très souvent la mention « Test Press » ou « T.P. » sur un label blanc, sans fioriture, et bien souvent, n’ont qu’une pochette blanche cartonnée.
  • Pochette / disque dédicacé(e) : des autographes, s’ils sont authentiques, font augmenter la valeur d’un disque

Concrètement comment fixer le prix d’un disque ?

La principale source d’information aujourd’hui en ce qui concerne les disques vinyles reste Internet, c’est d’ailleurs pour cette raison que vous êtes en train de me lire ! Cependant, ce n’est parce qu’on trouve de l’information sur Internet qu’on trouve la bonne information, et c’est la que le bas blesse. Très souvent, je relève des perles sur Leboncoin, des disques de Queen à 100€, des albums standards en mauvais état à 50€ … pourquoi ? Et bien car le vendeur a cherché sur Internet et a trouvé « son disque » à ce prix la …

Mais plusieurs raisons font que 99% du temps ce prix est erroné :

  • Comme nous l’avons vu dans cet article, le prix d’un disque dépend de son édition : est-ce un original ou une réedition ? Dans quel pays a-t-il été pressé. S’agit-il d’un disque spécial type édition limitée, d’une version promo ou d’un test press etc… Voici un exempla flagrant (exagéré) ci-dessous, avec l’album Blanc des Beatles :
    Un album Blanc des Beatles : Prix de vente 20€

    Un album Blanc des Beatles : Prix de vente 20€

    Un album Blanc des Beatles : prix de vente : environ 2000 euro

    Un album Blanc des Beatles : prix de vente : environ 2000 euro

    Et voilà, vite fait bien fait le prix a été multiplié par 100 ! Pourquoi ? Et bien c’est simple, le White Album le plus cher est tout simplement scellé, depuis 1968, il n’a jamais été ouvert et est donc en théorie complètement neuf (à condition que le vendeur soit de bonne foi), ce qui ajoute une valeur inestimable a cet objet de collection.Vous voyez ou je veux en venir, si vous fixez le prix de vos disques sans faire attention à ce genre de détails vous allez vous retrouver avec vos disques sur les bras, vous ne les vendrez pas et ne comprendrez d’ailleurs pas pourquoi. Le cas est extrême pour l’exemple, mais cela arrive très souvent de doubler le prix réel ! Attention donc à cela.

  • La seconde raison est tout silmplement la non prise en compte de l’état du disque. En effet, si vous tombez sur des sites de cotation de vinyles ou sur des outils comme Popsike ou Discogs, en plus de faire attention à l’édition du disque, il faut prendre en compte l’état de ce dernier. En effet, au plus votre disque est abîmé, au plus la côte en sera affectée. Voici un exemple plus que récent, avec ce EP de Metallica vu sur Leboncoin (vendu par un pro en plus, là il y a vraiment tentative d’arnaque …) :
    32€ quoi ?! 32€ ???

    32€ quoi ?! 32€ ???

    Donc la clairement, ce disque ne doit jamais se vendre 32€ :

    • De base, ce disque ne vaut pas ce prix la : on le trouve plus aux alentours de 10 euro, et voici la preuve, donc le proposer à 32€ c’est déja du vol (je suis d’accord qu’un disquaire a des charges à payer, des frais fixes etc, mais là c’est vraiment abusé)
    • Le disque est en super mauvais état, en tout du moins la pochette, comme le montre l’image. La valeur globale en est affectée
    • Le vendeur se paye notre tête en assurant que le disque est « VG++/NEUF de NEUF », en gros ca veut dire ce que ca veut dire : la pochette est VG++ à savoir Very Good ++, en gros quasiment neuve … euh …

    Bref, ce disque dans cet état doit se vendre entre 5 et 8 euro, pas plus, soit 4 fois moins que ce que propose ce vendeur.






Ne pas se tromper en fixant le prix de vente de son disque sur Internet

Il y a quelques sites à connaître afin de ne pas se tromper sur le prix de vente de votre disque :

Discogs (http://www.discogs.com)
Discogs est un site collaboratif totalement gratuit, permettant aux utilisateurs de :

  • Lister leur collection de vinyles ou cd
  • Trouver des informations sur un artiste ou un disque
  • Vendre ou acheter des disques (place de marché)

Ce site peut vous aider, car il vous permettra de voir quels sont les prix pratiqués sur la place de marché pour votre disque. Voici comment vous y prendre :

  1. Rendez-vous sur le site Discogs
  2. Recherchez le nom de votre artiste dans la barre de recherche
  3. Dans la liste des résultats cliquez sur l’artiste souhaité
  4. Vous voyez apparaître la liste des albums officiels et non officiels du groupe/artiste, cliquez sur l’album dont vous souhaitez connaître la valeur
  5. Une fois sur la fiche de l’album, vous avez accés aux différentes versions/pressages de l’album. Trouvez votre pressage dans la liste grâce au pays de pressage, à l’année de pressage et à la référence
  6. Une fois sur la fiche du disque, vous pouvez entrer dans la place de marché en haut à droite afind e voir combien de personnes vendent ce disque et à quel prix

Attention toutefois, cette méthode vous donne une indication du prix pratiqué, mais les prix dépendent de l’état de la pochette et du disque, aussi faites bien attention aux commentaires du vendeur sur l’état.

Popsike (http://www.popsike.com)
Popsike est un site agrégeant les ventes de vinyles effectuées sur Ebay. Chaque mois, Popsike remplit sa base de données de centaines d’enchères. Il vous suffit donc d’effectuer une recherche dans le moteur de recherche de Popsike afin de trouver votre disque. Vous pouvez entrer la référence du disque, mais faites bien attention au pressage, à l’année et aux spécificités (testpress, promo etc). Je conseille d’utiliser Popsike en complément de Discogs pour confirmer une intuition, mais pas pour fixer les prix.

Mettre ses disques en vente

Vous avez fixé un prix pour chacun de vos disques, le plus dur est fait, il ne vous reste plus qu’à vendre vos disques. Alors où allez vous les vendre ?

Vendre ses vinyles sur Internet

En fonction du type de disque que vous vendez, vous n’aurez pas les mêmes chances de vente en fonction de l’endroit où vous mettez vos objets en vente. Voici ce qui paraît le plus logique (mais ne constitue en rien la vérité!)

  • Si vous avez un lot de disques à vendre, vous pouvez vous rendre sur une plateforme spécialisée dans le rachat comme Momox par exemple : c’est très simple et ils s’occupent de tout!
  • Disques rares : vous vendez des disques rares, recherchés par de nombreuses personnes : rendez-vous sur les places de marché comme Discogs ou CDandLP (site français !) qui vous permettront de vendre rapidement si le prix est raisonnable car ce site est surveillé par les fans du monde entier !
  • Disques prisés : il s’agit des labums de légende qui ne valent pas forcément chers mais sont recherchés tout simplement pour la qualité de leur contenu. Ex : Beatles, Rolling Stones, Pink Floyd etc … Vous pouvez les mettre en vente sur Discogs, mais un site comme Priceminister vous permettra de vous concentrer sur les acheteurs en France, car peu de gens achèteront ces disques depuis l’étranger à cause des frais de port élevés. Vous pouvez également poser une petite annonce sur Ebay, mais j’y crois moins.
  • Le reste : le reste est constitué de tout ce qui n’a pas vraiment de valeur : artistes non recherchés, variétés, disques en mauvais état. Pour tout cela, faites une liste globale et postez-la sur Leboncoin. Et surtout, si vous souhaitez vendre vos disques, vendez-les peu cher et faites des remises sur les lots complets.

Vendre ses disques en boutique

Vous pouvez également vous adresser à un revendeur près de chez vous, qui pourra se proposer de racheter vos vieux disques. Vous trouverez sur Vinyle Actu la liste des disquaires qui vendent du vinyle. Si vous avez déjà une idée des prix de vente, sachez qu’un disquaire, en toute logique pratiquera les mêmes prix que vous, et donc vous rachètera les disques moins chers pour pouvoir assurer sa marge, il faut en être conscient. Un vendeur en boutique vous proposera également peut-être de l’échange : vous lui laissez vos disques et en échange il vous fait un bon d’achat à dépenser en vinyles dans sa boutique 😀

Vendre ses disques en vide grenier / brocante ou foire aux disques

La dernière solution consiste à vendre ses vinyles sur les brocantes ou foires aux disques.

  • Vendre ses disques en brocante : la seule chose à savoir pour vendre sur un vide grenier, et auquel il faut vous attendre, c’est que les prix vont être sévèrement négociés et donc tirés à la baisse. Si vous n’êtes pas prêt à supporter ça, passez votre chemin. Sachez également que de nombreuses personnes sont présentes sur les stands dés 5/6 heures du matin et n’hésiteront pas à empiéter votre territoire pour fouiller vos caisses de disques même s’ils sont toujours dans votre voiture. Pensez à recadrer les malotrus :D. En ce qui concerne les techniques d’achat, vous pouvez lire mon billet sur les techniques de négociation en milieu hostile.
  • Vendre ses vinyles sur une foire aux disques : si vous êtes expert en vente de vinyles, vous savez comment cela fonctionne, sinon, ‘est que vous n’êtes pas prêts pour les foires aux disques, faites moi confiance 😀